Aller au contenu

Presse italienne sur « Chagall-Malévitch »

9WhShFjgm_8

Première italienne du dernier film du réalisateur russe Aleksandr Mitta « Chagall-Malevich » à Milan

Rome, 5 octobre (Adnkronos) – « Rétrospective Marc Chagall 1908-1985 » Du 21 au 26 octobre au Spazio Oberdan Milano, à la Fondazione Cineteca Italiana, à l’occasion de l’exposition Marc Chagall au Palais Royal de Milan (1er février 2015) , auront lieu les premières projections du dernier film du réalisateur russe Aleksandr Mitta « Chagall-Malevitch ».

Film mettant en vedette Leonid Bichevin, Kristii Schneider, Anatoliy Beliy et Semen Shkalikov a été tourné à Vitebsk, en Biélorussie, il dépeint la vie d’un peintre Marc Chagall lorsqu’il a été nommé commissaire aux arts plastiques.

En peu de temps, Chagall a fondé le Vitebsk Arts College, mais a finalement fait face à la défaveur du gouvernement et en particulier de Kazimir Malevich, peintre russe du XXe siècle, pionnier de l’art abstrait géométrique et de l’avant-garde russe.

Chagall, juif, est né dans l’Empire russe, est finalement devenu citoyen français. Dans ses œuvres, trois choses aussi différentes que la patrie, l’amour incassable pour sa femme Bella et la mélancolie de l’enfance coexistent et sont étroitement liées.

Les mondes oniriques surréalistes et la tendresse des personnages qui habitent ses oeuvres ont fait de l’art de Chagall un pont entre la peinture et la poésie. Le film est une tentative de recréer l’univers de Marc Chagall et de son mythe dans le genre d’une ballade folklorique.

La volonté du réalisateur est de créer une projection théâtralisée de la créativité de Chagall sur l’écran de cinéma, en s’appuyant à la fois sur des faits et sur de la fantaisie, en montrant, par exemple, de nombreuses peintures de deux peintres célèbres, tout aussi différents dans les tempéraments, donc dans leurs attitudes envers les étudiants. Le premier était en fait toujours attentif à ses élèves, tandis que Malevitch les traitait comme des soldats, qui devaient percer les idées de l’art abstrait.

© Sardegna Oggi